Connect with us

Storie - Histories

Une excursion dans les terres du Barolo, dans le coeur des Langhes, terres de nebbiolo, truffe blanche et de Barolo. Le Paiagallo par Giovanni Canonica, Marchesi di Barolo en passant par les caves Mirafiore. Giovanni nous en parle à Chiccawine.

Giovanni Curcio

Published

on

Si nous étions dans le Piémont, dans la région des Langhe, au milieu des grands cru Barolo entre 350 et 400 mètres d’altitude, à la frontière avec la commune de Novello; nous admirions probablement la colline de Pelagallo, Peiragallo ou plus communément Paiagallo.

Toponyme de 8 hectares, s’y trouvent des noms historiques tels que Mirafiori ou Marchesi di Barolo, ou des joyaux du raffinement même comme Giovanni Canonica.

Paiagallo provient (comme l’explique Marchesi di Barolo) d’un ancien nom de dialecte piémontais, qui signifie une “bonne pente” .

Ce sont des vins qui bénéficient d’une excellente exposition sud, avec des sols composés de calcaire et d’argile, et un drainage très irrégulier.

Paiagallo appartient à un grand bloc de collines qui part de Cannubi pour arriver à Via Nuova. Très différentes les unes des autres, ces collines parviennent (presque toutes) à maintenir une certaine homogénéité même dans lors des années les plus compliquées.

Paiagallo a été à tort, souvent définis rustique.

Dans certains millésimes des années 80′, il y avait un manque de raffinement qui pouvait s’expliquer par le manque de considération et donc d’attention, mais cela est du passé.

Si vous souhaitez goûter un Paiagallo “didactique” classique, je vous recommande Mirafiori. Une robe toujours d’un rubis vif (surtout pour les vins avec cinq ou six ans), un nez dominé par une note de cassis soutenue par une touche de framboise. Cela donne une appréciable sensation de fraîcheur dès l’odorat. La bouche est élancée, avec une progression gustative qui conduit souvent au sous-bois et au menthol.

Marchesi di Barolo fait un excellent Barbera d’Alba, Peiragal.

Avec sa couleur intense et sa texture importante, son nez dégage des arômes balsamiques et poivrés avec la prune mûre et des notes de cuir. Une bouche riche et enveloppante. J’adore les associer avec des pappardelle (pâtes à l’oeuf) au ragoût de lièvre.

Giovanni Canonica représente l’excellence de Paiagallo dans le monde ces dernières années.

Très recherché par les passionnés du monde entier avec une faible exportation pour le Japon.

Giovanni Canonica estime que le vin doit se produire par lui-même et que les longues macération, mais aussi les grands fûts de chêne de Slavonie sont donc, des points forts dans la cave.

Ces “Nebbioli” ont souvent un grenat léger et lumineux, une excellente consistance et reflets qui tendent vers l’orange (comme sur la photo). Au nez, sous-bois et champignons offrent une complexité unique, soutenue par des notes qui évoquent le tabac à cigare et le cuir.

Au début, la bouche peut paraître timide et grincheuse, mais après quelques minutes elle se confie avec des arômes de clou de girofle et de baies roses. Une évolution qui se propage largement, mais surtout sur le long terme. Un vin de truffe blanche, Tuber Magnatum Pico (ci-dessous le lien), que je râperais sur des œufs, devant une belle cheminée, propice à la méditation.

Tuber Magnatum Pico

Bonne dégustation.

Giovanni Curcio

adaptation par Mathias di Lauro Sanseverino

Sommelier au restaurant Lucas Carton à Paris. Ses passions: le vin, la viticulture, les voyages dans les vignobles et la gèographie des vignes; ...ah oui, les cèpages!

Click to comment

Leave a Reply

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

Seguici – Suivez nous

Tag

CATEGORIE/catégories