Connect with us

Degustazioni - Dégustations

Cohérence, tradition et hospitalité…la société D.G.Vajra racontée par Sébastien Ferrara

Sebastien Ferrara

Published

on

Lorsque vous vous tenez devant une bouteille de la cave de Vajra, il est facile d’être immédiatement captivé par celui qui la déguste.

Grâce à Francesca Vajra, à ses frères et sœurs, j’ai pu déguster à 360 degrés cette merveilleuse réalité lors de ma visite.

C’est avant tout une histoire de tradition, de passion et de nombreux rêves qui sont peu à peu devenus réalité.

Aldo Vajra était…En 1968, son père l’emmène à Barolo pour passer l’été loin des jeunes en pleine contestation étudiante. C’est ainsi qu’au milieu des rangées, Aldo tombe amoureux de la beauté de la nature.

Il n’a que 15 ans lorsqu’il décide que sa voie était la bonne (clairement à contre-courant) car à cette époque, il y avait un dépeuplement des campagnes, alors qu’il poursuivait son rêve en étudiant le sol et en devenant un pionnier de l’agriculture biologique au début des années 70.

Avec sa femme, Aldo a continué à suivre ses convictions et ces années ont été très décisives, notamment pour la sélection de masse du Freisa cultivé dans le Cru Bricco delle Viole en 1980. Le premier Riesling Renano cultivé dans le Piémont est né en 1985, et sans l’ombre d’un doute, à mon humble avis, il reste parmi les meilleurs en Italie.

Dans les années qui suivirent, la décision a été de continuer une lignée traditionnelle, en décidant de ne pas utiliser de barriques pour le vieillissement des vins, un choix certes ardu… mais cohérent avec une philosophie de production, et tout cela a conduit cet homme à être appelé paradoxalement “le plus moderne des traditionalistes et le plus traditionnel des modernistes”.

Au cours de ma visite, même si je connais Isidoro et Francesca depuis longtemps, j’ai constaté une cohésion à la limite de la perfection et de traditionnalité. Souvent, comme le dit Francesca, les points de vue entre frères, mères et pères sont différents, mais l’importance est que l’objectif reste le même: qualité et cohérence, reflétant l’histoire et la philosophie de la production.

Je pense qu’il est parfois préférable d’avoir différents points de vue dans une entreprise comme celle-ci, et de trouver ensuite la solution la plus appropriée pour chaque choix.
Leur réalité est en constante expansion… en attendant, ils réalisent d’importants travaux d’agrandissement de la cave; les projets ne manquent pas.

Parmi les choses les plus importantes, il y a l’exposition de ces vignobles; par exemple le Bricco delle Viole est embrassé par le soleil toute la journée, mais un détail à ne pas sous-estimer est le vent… Les vents frais qui viennent des Alpes sont fondamentaux pour les changements de température, et la photo ci-dessous vous démontre l’importance de cette exposition du vignoble.

Leurs vins ont beaucoup de personnalité, et sont liés par un fil subtil qui unit tous les vins…(cela ne signifie pas que tous les vins sont semblables, mais ils sont distincts dans leur caractère et leur type, mais l’élégance règne sur tous).

Lors de la visite de la cave (dans la zone des réservoirs en acier), Francesca m’a parlé de la rencontre entre son père et le père Costantino… parce que Milena (la femme d’Aldo) voulait que le célèbre artiste Chagall dessine les fenêtres de cette partie du bâtiment, mais malheureusement il n’était plus là et la seule solution était donc de faire appel au père Costantino lui-même.

Regardez comme la lumière change naturellement toutes les 10 minutes.

La dégustation a été vraiment un beau moment de partage, aussi je remercie encore Francesca.

Parmi les vins qui m’ont le plus impressionné: le Riesling. Il est né d’une passion pour la longévité de ce cépage, nous imaginant l’associer à des plats de poissons frais et peu cuits pour faire ressortir encore plus la salinité du vin.

Un Dolcetto 2019 très didactique.

Le Dolcetto Coste Fossati 2019 est issu de vignes âgées de plus de 40 ans, il est profond et tannique, vinifié uniquement dans l’acier, macéré avec un chapeau immergé risquant également l’oxydation et la réduction pendant la transformation. Mais le résultat est extraordinaire, un vin de longue vie ! Hourra pour ceux qui croient au Dolcetto et continuent à investir dans ce cépage extraordinaire !

Le Barbera 2018 a beaucoup de fruits, la pulpe fraîche est presque une sorte de douceur mais pas donnée grâce aux sucres. Très agréable. Francesca me fait goûter aussi le 2017 qui a plus de profondeur.

J’aime beaucoup le Barbera + Freisa. Il y a un potentiel énorme, mais est déjà appréciable dès maintenant. Bien joué. Le Freisa est un raisin techniquement difficile pour le tanin et l’austérité, donnant des notes mentholées très agréables (avec Francesca nous sommes d’accord, un Freisa de 20 ans est définitivement étonnant… et elle le sait parce qu’elle en a  beaucoup goûté).

Le Barolo Albe 2017 est un vin créé pour réunir de multiples palais. Très traditionnel.

Puis Francesca débouche le Barolo Coste delle Rose 2017, le dernier Barolo de la cave créé à partir de vignes âgées de 30 ans.

Le Barolo Ravera est plein et gras… des sols arides de Monforte.

Mon préféré est le Bricco delle Viole 2015, nous avons également goûté les 2017 qui, je pense, auront besoin de plus de temps. Sauf pour ceux dont les sols sont si bas … et avec des raisins récoltés plus mûrs … ils auront tendance à être ivres jeunes. Mais pas le leur, elle n’est pas du tout cuit, en fait…aucune trace de cuisson.

Les vins de Luigi Baudana, toujours vinifiés par eux, sont excellents: la Baudana 2017 je le trouve décidément plus structuré que le Ravera… au contraire le Bricco delle Viole qui joue sur la finesse.

“La terre vous demande un dévouement absolu. Elle vous demande de l’aimer pour le meilleur ou pour le pire, dans l’abondance et dans le manque. La terre est presque plus qu’une maison. Elle fait partie de notre vie et demande à être soignée avec la même tendresse que celle qui est réservée à nos affections les plus chères. Et ce qui est étonnant, c’est que, malgré toutes les difficultés, l’aimer ainsi n’est pas du tout un effort”.

CIT. Francesca, Giovanni et Isidoro.

 

Merci à Francesca et à ses frères pour la  disponibilité, la grande gentillesse et l’accueil chaleureux.

Sebastien Ferrara è il direttore e sommelier del Ristorante Enrico Bartolini Mudec, 3 stelle Michelin a Milano. Ha effettuato eccellenti esperienze lavorative in Francia, Inghilterra e Svizzera per diversi anni nel settore della ristorazione.

Click to comment

Leave a Reply

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.

Seguici – Suivez nous

Tag

CATEGORIE/catégories