Connect with us

Consigli - Conseils

Cocktail Alexander, plus qu’un cocktail, un vrai dessert

Michele Crippa

Published

on

Il y a eu un moment dans l’histoire, où les pères de famille ont décidé que terminer le dîner avec un dessert était définitivement dépassé. Aussi les «cocktails desserts» ont peu à peu pris place. Il s’agit de cocktails à base de crème, et lorsque je pense à ce sujet, le premier qui me vient à l’esprit est l’Alexander.

L’Alexander est un cocktail légendaire à base de cognac, ou de brandy, crème de cacao, crème et muscade. Mais si je vous disais qu’il ne s’agit que de la version la plus connue de ce cocktail créé dans la seconde moitié des années 1930? Oui, car si l’on voulait être plus précis, le nom de ce cocktail est le Brandy Alexander, ou encore mieux Alexandra. La région est facile à dire: à l’époque, il était conçue pour les femmes, qui préféraient les boissons plus douces. En effet, la recette originale prévoyait l’utilisation du gin, mais pendant la prohibition la qualité de ce distillat, produit dans les baignoires du sous-sol de quelques criminels, était moindre que tout était bon pour cacher ses défauts. Celle-ci n’est qu’une des histoires sur l’origine de L’Alexander, probablement vraie, car la date de création de ce cocktail est antérieure à la prohibition, même si ce n’est que de quelques années.

CC pvsbond

Nous sommes en 1915, les world series, lors de la finale du championnat américain de baseball, battent leur plein. Philadelphie joue pour le titre face à Boston. Au Racquet Club, le barman invente l’Alexander en l’honneur du lanceur de l’équipe de sa ville natale, Grover Cleveland Alexander. Malheureusement, cela ne suffira pas pour éviter la défaite, et le championnat sera remporté par Boston.

Une autre légende déplace l’origine de l’Alexander dans la Grosse Pomme  grâce à  Troy Alexander, en l’honneur de Phoebe Snow. La femme est l’un des nombreux personnages fictifs qui ont animé les campagnes publicitaires de l’époque. Dans ce cas, il s’agit de la publicité pour “Delaware, Lackawanna and Western Railroad”, qui se vantait de la façon dont ses clients arrivaient à destination dans des vêtements propres utilisant de l’anthracite, par opposition à leurs concurrents qui utilisaient encore du charbon pour leurs locomotives, qui couvraient les vêtements des passagers avec de la suie. Le barman s’est inspiré de la robe blanche que portait Phoebe Snow pour créer le candide Alexander.

 

Il existe de nombreuses autres histoires autour de ce cocktail, et il semble que quiconque portait le nom d’Alexandre ait prétendu avoir un lien avec la création de cette boisson, comme l’acteur Alexandre Woollcott ou même le tsar de Russie Alexandre II. Donc, si votre grand-père s’appelle Alexandre vous pourriez vous aussi inventer une histoire, plus ou moins plausible, liée à l’origine de ce cocktail. Qui pourrait dire le contraire?

Responsabile della sala di un ristorante parigino carico di storia come il "Lucas Carton", dove, insieme a Giovanni Curcio, lo Chef Sommelier, continua a portare avanti quello stile franco-italiano che tanto lo aveva affascinato a Londra, ma anche, e soprattutto, a cercare di trasmettere la sua passione alle nuove generazioni. Il progetto Chiccawine si sposa proprio co questo intento: promuovere, tramite le nuove tecnologie, le tecniche di sala e bar, portare la curiosità su prodotti tradizionali che meritano di essere messi sotto le luci dei riflettori e far conoscere gli uomini che dedicano la loro vita affinché tutto questo non scompaia.

Click to comment

Leave a Reply

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.

Seguici – Suivez nous

Tag

CATEGORIE/catégories