Connect with us

Storie - Histories

Les grands personnages de Barolo: Cesare Borgogno,Giulio et Bartolo Mascarello. Le Piémont, toujours Barolo, le cépage nebbiolo a été le témoin oculaire de l’histoire du vin,

Giovanni Curcio

Published

on

En repensant à quelques histoires sur le Barolo, j’ai souvent rencontré des personnages représentatifs tels que Cesare Borgogno, Giulio puis Bartolo Mascarello et celui que je considère comme un témoignage vivant (malheureusement je n’ai jamais eu la chance de déguster ses vins) Teobaldo Prandi. Dans leurs histoires, à Alba, la place était le lieu de rencontre et d’échange d’informations qui, à plus petite échelle, ressemble un peu à nos réseaux sociaux aujourd’hui.

Dans ce court post, je souhaite partager une anecdote et une notion (dans la limite de mes connaissances) sur ces personnes fortes. 

Cesare Borgogno: né dans une famille nombreuse, courant pour l’époque, il est le plus jeune de cinq enfants,. Il commence à travailler dans la vigne lorsque son père est perdu. Il vivra des années très difficiles et sera l’un des premiers à s’occuper du commerce de son vin à Barolo.

Le vin décanté par…Sebastien Ferrara- Oui, encore du Barolo.

Il faut évidemment plusieurs années pour arriver à la direction de l’entreprise que son père Giacomo avait reprise à la fin du XIXe siècle, la soustrayant à la gestion imprudente du curé de l’Annunziata.

Il voyage en France après son mariage en 1937 et il voit les vins comme des produits de luxe. Dès lors, il comprend l’importance du vieillissement en barrique, puis du vieillissement en bouteille, le bouchon et l’importance de l’étiquette dans le métier également. Il collabore, probablement avec les partisans vers la fin de la Seconde Guerre mondiale et  les Allemands s’emparent d’une grande partie de sa production et de ses stocks. Il sera certain de ce qui s’est passé lorsque, le premier maire de Barolo, Bartolo Mascarello, lui accordera un remboursement forfaitaire pour le préjudice subit. En 1955, l’INAO, soit l’institut qui réglemente les appellations d’origine en France, le poursuivit pour une personne importante. Le nom Borgogno, qui figurait sur la bouteille, aurait pu tromper les consommateurs avec le nom de Bourgogne. Il a été évidemment acquitté car c’était son nom de naissance et la société existait depuis la fin du XVIIIe siècle.

Le Borgogno a toujours été caractérisé par un vieillissement en très gros fûts (je crois qu’il possède l’un des plus grands fûts de toute la l’appellation Barolo). Borgogno s’est engagé depuis très longtemps à ne pas utiliser d’herbicides et de pesticides dans leurs domaines. Aujourd’hui, ils produisent Barolo Cannubi, Fossati, Le Liste (difficile à trouver) ainsi que le classique et réserve.

Ce sont souvent des vins à la robe grenat clair avec une belle luminosité, des arômes très raffinés et complexes qui donnent des émotions uniques. Ils ont un goût intense et très persistant; c’est un classique pour accompagner le tajarin à la truffe blanche.

Giulio puis Bartolo Mascarello.

À l’origine, c’est Giulio Mascarello qui créa la cave le 1er janvier 1920 en empruntant 10000 lires à Cesare Porta,  son père était bien entendu garant. Il fut l’un des pionniers dans l’assemblage avec différentes parcelles afin d’obtenir une constance, notamment dans les vieux millésimes. Partisan, il rejoint le Comité de libération nationale pendant la Seconde Guerre mondiale. À plusieurs reprises il est réprimandé par le régime fasciste car ses idées politiques ne correspondent pas. Grand ami de Cesare Borgogno, Docteur Cappellano, Fantino di Monforte et de nombreux autres noms qui seront plus tard célèbres dans l’histoire de l’Italie. Cependant, Mascarello a commencé son aventure viticole avec la dame-jeanne et est passé à la bouteille dans les années 70. Malheureusement, ses jours se termineront en 1981, année où son fils Bartolo reprendra complètement le sort de la cave entre ses mains.

Journal d’un voyageur temporel.

Bartolo Mascarello, nous en avons déjà parlé. Homme volcanique, il aimait défendre ses idées, lui aussi était comme son père un partisan, et membre du comité de libération nationale. Il fait partie de ces producteurs qui n’ont pas voulu agrandir leur entreprise au fil des ans pour maintenir le contact avec le territoire. Cinq hectares en production, c’était dans les années 80′ le mot d’accompagnement et de réconfort pour tous ceux qui se sont lancés dans l’aventure du vignoble. Depuis 1987, Bartolo Mascarello conçoit ses étiquettes à la main. Célèbre était le label “no barrique no Berlusconi” de 1994, une protestation contre une Italie en pleine mutation. Ses Barolo font partie de ceux considérés comme traditionnels, c’est-à-dire de longues macérations et un vieillissement en grands fûts. Mascarello possède des vignobles tels que: Cannubi, Monprivato, San Lorenzo, une vraie mine.

J’ai pris la liberté de parler de ces personnages (le plus précis possible, car les sources sont très différentes sur le sujet), car ils sont une clé pour comprendre l’histoire et les styles de ce grand vin. À partir du caractère et de l’histoire de ces hommes, nous pouvons comprendre une partie de l’histoire du Barolo, mais aussi la scission culturelle qui a suivi, lorsque les Barolo Boys sont nés, dont nous avons une lecture clé importante seulement aujourd’hui. J’ai nommé ces hommes parce qu’après tout on en parle souvent et il est bon de comprendre leur signification.

Giovanni Curcio

adaptation par Mathias di Lauro Sanseverino

Sommelier au restaurant Lucas Carton à Paris. Ses passions: le vin, la viticulture, les voyages dans les vignobles et la gèographie des vignes; ...ah oui, les cèpages!

Click to comment

Leave a Reply

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

Seguici – Suivez nous

Tag

CATEGORIE/catégories